Rechercher
  • Nicolas Béchaud

Que signifie le mot « ostéopathie » ?


Voici la traduction, de Jules Rampal, d’un texte d’ E. E. Tucker, D.O., paru dans The journal of osteopathy, de Mai 1904.


https://osteopathegordes.com


Le mot « Ostéopathie »


« Une interprétation correcte de la signification du mot « pathie » dans ostéopathie n’est pas douleur ou souffrance comme on le dit souvent. D’après la définition courante du mot ostéopathie, on donne souvent l’explication que le mot (ostéopathie) vient de deux mots grecs, qui signifient respectivement, os et douleur ou maladie; et qu’en conséquence cela signifie, littéralement, maladie des os ou douleur des os. La responsabilité pour cette définition n’est pas du fait de ceux qui ont définis les mots allopathie et homéopathie, d’après lesquels cette définition a été créée. Ces personnes ont d’abord défini pathos comme douleur ou maladie, influencés sans doute par la signification de pathos dans pathologie. Cette signification du mot se retrouve même dans les meilleurs dictionnaires, comme par exemple, dans le Century Dictionnary. Cette signification, comme nous le verrons plus loin, est très imprécise. Lorsqu’il donne l’histoire du nom qu’il a donné à sa science, Dr. Still ne déclare pas que ce nom a été formulé d’après les noms allopathie et homéopathie; en fait, il donne une histoire bien différente, mais quelque soit son intention, cela a eu des conséquences, puisque dans l’esprit populaire le mot est toujours comparé avec les mots allopathie et homéopathie, et ces noms sont considérés comme étant basés sur la même racine.


Étant mécontent de cette explication quelque peu étrange du mot ostéopathie, j’ai récemment demandé l’avis du Prof. Rockwell, qui est responsable des langues anciennes, au Butchel College, Akron, Ohio, et je lui ai demandé de l’aide pour rechercher la définition correcte du mot pathos. De son large dictionnaire grec, nous avons appris les faits suivants: pathos est dérivé de la racine path dont la signification est « sensible à », « qui répond à », et qui signifie douleur ou souffrance uniquement dans un sens second, de la même manière que le mot sensible signifie souffrance ou douleur uniquement dans un sens second. Pathosest opposé en Grec au mot ethos, et c’est grâce à ce contraste que la vraie définition peut être mieux comprise. Pathos signifie une impression entrante (incoming), et ethos une expression sortante (out-going); par exemple, supposons qu’un homme soit insulté et se mette en colère, l’insulte est le pathos, et la colère est l’ethos. L’insulte est l’impression entrante, et la colère est la expression sortante. Nous avons appris, de plus, que pathos est fréquemment utilisé en combinaison avec d’autres mots dans une signification positive comme par exemple, dans ta eu peponthota, « les bénéfices reçus ». Nous sommes convaincus que le mot pathosdevrait avoir une signification similaire pour son utilisation dans le mot ostéopathie. Et donc une interprétation correcte de la racine grecque ancienne des mots qui composent ostéopathie serait influence des os, ou sensible aux os.

Une définition correcte du mot allopathie, selon ces faits serait, « influencé par les opposés »-le mot grec allos signifiant « autre » ou « l’opposé », et pathossignifiance comme dit plus haut, « sensible à » ou « qui répond à ». Il est possible que ceux qui ont formulé ce mot avaient une meilleure compréhension de sa valeur que ceux qui l’ont défini par la suite, car cette interprétation décrit la pratique qu’elle nomme. Dans cette école dite allopathique, la pratique est d’administrer un médicament (drug) qui s’est avéré, par expérience, produire une réaction opposée à celle observée, en d’autres termes, sa pratique est de contrecarrer les symptômes lorsqu’ils apparaissent, par exemple, dans le cas de palpitations cardiaques, un médicament sera prescrit comme remède dont l’action physiologique serait de diminuer le rythme cardiaque. On pourrait appeler cela une école contrecarrante. La valeur de ses remèdes pourrait être comprise sur la base de cette définition.


Le mot homéopathie est dérivé du grec ancien, et signifie « identique » ou « similaire », et « sensible à » ou « qui répond à ». Avec cette interprétation, le nom décrit correctement l’école qu’il nomme. En homéopathie, la procédure est d’administrer comme remède, un médicament dont l’action physiologique est identique aux symptômes observés. La philosophie de cette pratique semblerait être la suivante; qu’un remède produisant des résultats identiques aux symptômes observés agirait d’après les mêmes mécanismes physiologiques. Maintenant le médicament est administré en doses infinitésimales, l’intention étant évidemment, qu’il devrait agir comme un stimulant des cellules elles-mêmes, plutôt que comme un stimulant de leurs fonctions, incitant une augmentation de leur activité purement végétative, et donc les renforçant contre les influences pathologiques.


Le mot ostéopathie correctement interprété, décrit correctement la pratique qu’il nomme. Il est différent des autres mots, homéopathie et allopathie, dans le sens qu’il décrit, non pas une procédure, ni une théorie de médication, ni un point de vue concernant l’étude des maladies, mais un fait diagnostique. Les os ne sont pas utilisés pour produire la santé, mais les os sont efficaces pour produire la maladie. Les os représentent le mécanisme et le cadre structurel résistant du corps et reçoivent le poids de tous ses chocs. Le cadre osseux, la structure osseuse étant dans de nombreux cas délicate et intriquée, est sujette aux lésions qui ne sont pas toujours faciles à détecter ou à corriger, mais qui existent. Qu’elles existent, et qu’elles sont étroitement liées au système nerveux, et pour cette raison deviennent des facteurs potentiels de maladie, est un fait et non une théorie. Les faits de sont pas sujet à être débattus, mais à être témoignés et investigués, et en tant que tels, ces faits défient l’investigation du champ entier de la recherche médicale.

Les traitements ostéopathiques procèdent logiquement à un tel diagnostique, éliminant les difficultés mécaniques et alignant les tensions mécaniques. De ces troubles mécaniques, les problèmes du système osseux forment la partie la plus importante.


Donc en ostéopathie, le corps est traité, et non la maladie; et dans son traitement une situation et non une théorie est affrontée. C’est la raison pour laquelle cela contraste avec les autres pratiques, allopathie et homéopathie, dans lesquelles le praticien traite la maladie et ne fait que prendre soin/économiser (to nurse) le corps – bien que dans de nombreux cas le praticien reconnaisse l’utilité de traiter la maladie, et dans ce cas il traite « non pas la pneumonie mais un patient avec une pneumonie ». Dans tous les cas, la maladie est vue comme entièrement étrangère aux tissus du corps qu’elle attaque, et son caractère est complètement inconnu – tellement inconnu que l’idée de son origine dans les germes a pris racine immédiatement, et est avancée pour chaque maladie décrite.


Le mot pathos implique une influence de l’extérieur, et avec cette connotation il est possible de l’utiliser correctement au nom de la science de l’ostéopathie, dans laquelle la maladie se trouve être un état du corps dans lequel ses forces normales sont perturbées par des forces de l’extérieur. Que le problème puisse être relié à son origine extérieure est une expérience tangible.

Aucun nom n’a jamais été plus précis ou adapté pour la chose qu’il représente que l’est le nom ostéopathie pour la science qu’il représente. »

E. E. Tucker, D.O. The journal of osteopathy, May 1904

Ostéopathie: qui est sensible ou qui répond aux os. Et non pas, comme on peut le penser, maladie des os. Traduction de Jules Rampal, ostéopathe à Gordes.

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout